A la rencontre de Benjamin Roucayrol, serial-créateur

CHERS AMIS LUDISTES, BONJOUR !
Aujourd’hui, Les Mauvais Perdants vous emmènent à la rencontre de Benjamin Roucayrol, un trentenaire ardéchois, amoureux de la nature, des grands espaces et des montagnes. Avec son franc parler, il nous raconte comment son esprit fonctionne lorsqu’il créé des jeux de société !

Hello Benjamin. Quel est ton rapport au monde ludique, plutôt amoureux dès l’enfance ou tombé dans l’univers des jeux plus tard dans la vie ?

Depuis tout petit on jouait pas mal avec ma famille, en WE et quand le temps n’était pas top. C’était des jeux comme Rummikub, Boggle, Monopoly, etc. Puis j’ai arrêté à l’adolescence parce que j’aime être dehors, à courir dans tous les sens, à faire 5000 trucs. Et j’ai finalement repris il y a peu, notamment en soirée avec des jeux d’ambiance.

Tu as déjà plusieurs jeux en phase de développement. Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer ? souhaites-tu en faire ton métier ?

Yes, j’ai pas mal de jeux en tête ou dans les placards ! En fait, j’adore créer. Créer toutes sortes de choses, de la musique au dessin, des sites internet aux projets loufoques. C’est vraiment quelque chose qui me stimule. Et ça m’arrive de me réveiller en pleine nuit, parce que j’ai une idée et de vite aller la noter quelque part pour ne pas la perdre. C’est un enfer de vivre dans ma tête, ou avec moi (ma copine pourra en témoigner ahahah !)

Et pour ça les jeux de société c’est le kiffe, car c’est hyper complet. Tu as le côté intellectuel avec la création des mécaniques de jeu, et le côté artistique avec les illustrations. Puis tu dois avoir ensuite un petit côté financier pour optimiser la production de ton jeu, un autre côté commercial pour arriver à le vendre, etc.

Mais non, ce n’est pas mon métier ! Et effectivement j’aimerai bien me lancer dans cet univers, en proposant également quelques illustrations à côté. Vraiment me rapprocher au monde « artistique » et ludique.

Tes jeux ont un style et des thématiques originales. Quelles sont tes inspirations ? Qu’est-ce qui te décide à choisir un thème plutôt qu’un autre ?

Merci ! C’est un peu ridicule comme réponse, mais je m’inspire tout simplement de ma vie. Genre pour Randognon, je kiffe la rando, donc j’ai créé un jeu de randonnée. Pour Babord, la navigation marine m’attirait énormément. Donc je m’étais renseigné là-dessus, mais en simplifiant au maximum pour que ce soit accessible à tous.

En fait je m’autorise tout. Parfois ça part d’un thème, comme pour Randognon, Babord ou Tchou Tchouminot. J’aime ou je baigne dans quelque chose, je crée un jeu sur ce quelque chose. Facile. Et je m’en fous si ce thème est déjà pris. Je ne cherche pas forcément à me démarquer en fait, que ce soit dans les mécaniques, le thème ou autre.

Je crée parce que j’aime. Même si l’idée est de vendre des jeux quand même !

Parfois je vais avoir une idée de mécanique, comme pour Bagarre. Je voulais un jeu à rôle caché où nos actions dévoileraient notre appartenance. Et ensuite, j’ai développé l’univers autour de ça. Je trouvais que celui des gangs collait pas mal. Car plusieurs types de trafics, des personnages un peu méchants, etc. Et pour l’adapter aux plus petits, l’agriculture collait bien, toujours pour les mêmes raisons. Et puis c’était une grande occasion de créer des personnages drôles, un peu nuls ou ultra méchants. En y rajoutant beaucoup de 2nd degré et un peu d’impertinence.

Le style graphique de tes jeux est unique en son genre et décalé. Pourquoi cet univers ?

Je pense qu’il y a deux raisons :

  • La première c’est que j’ai découvert le flat design dans le web il y a quelques années et je suis tombé amoureux de ce style. Simple, minimaliste et efficace. Tu fais passer un message, une émotion avec 2 traits de crayon. Parfait.
  • La deuxième raison est tout simplement que ça m’arrange car je ne dessine pas forcément super bien 😉

Randognon, le premier jeu de Benjamin Roucayrol est sur le point d’être commercialisé. Tout au long du mois de juin 2021, vous pourrez le commande sur Ulule !

« Je passe par une campagne de financement participatif car faire un jeu de société, ça coûte énormément de ronds. Donc, la campagne est un bon deal pour se lancer en limitant un peu les dépenses. » Benjamin

On vous parle bientôt de ce premier jeu dont le thème nous fait rêver 🏞
En attendant, on vous donne rdv sur le site de Benjamin https://benjaminroucayrol.com/ et on vous laisse avec une petite vidéo de présentation de son jeu !

Merci Benjamin d’avoir pris le temps de répondre à nos questions !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :